Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 08:20

     Que le télétravail, avec tous les avantages qu’il présente dans bon nombre de professions, ne soit pas plus développé chez nous, c’est qu’il se heurte à notre conception même de ce qu’est le travail. Rien qu’à penser qu’on en est encore à discuter des 35 heures par semaine depuis des décennies, qui sont des heures de présence dans le lieu de travail, pas du travail effectif qui se concrétise par des résultats, donne une idée des difficultés à passer à la généralisation du télétravail. 
       Quand on en parle et c’est bien rare, se pose toujours la question du contrôle permanent du salarié par un supérieur hiérarchique, contrôle sans lequel le salarié se laisserait aller à ne plus faire grand chose. Faire confiance aux salariés, ça se dit souvent, mais ça s’applique rarement, d’où la chaîne des responsabilités lorsqu’arrive l’accident. Passer vraiment au télétravail, ce serait vraiment une révolution conceptuelle, cela ne pourra donc se faire que vraiment très lentement. 

 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 08:06

 

                   Chaque année l’ouverture de la chasse fait l’objet de nombreux commentaires, il a ceux qui sont franchement pour, et ceux qui sont tout aussi franchement contre. Il y a ceux  qui prétendent que la chasse c’est vieux comme le monde, et c’est indiscutable, et ceux qui prétendent que dans le passé c’était pour se mourir et que maintenant c’est pour le plaisir et ils n’ont pas tort. Et comme ceux qui chassent le font en côtoyant ceux qui ne chassent pas, cela entraine fatalement des frictions, les uns ne comprenant pas ce qui peut motiver les autres à agir ainsi. 

           Tout au plus se tolèrent-ils et faute de mieux, ceux qui ne sentent pas concernés trouvent cela très bien. La tolérance, on en parle toujours comme si c’était un idéal à atteindre pour vivre en communauté mais ce n’est qu’un pis aller si les deux parties se tolèrent donc par nécessité, mais sans se comprendre. Le « pardonnez-leur car ils ne savent ce qu’ils font », la simple tolérance donc, ne peut-être qu’une étape, pas un but sur la voie de la compréhension mutuelle, car c’est bien cette dernière qu’il faut s’employer à atteindre pour permettre l’harmonie.  
 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 07:30

 

         «  Made in China », il n’y a pas si longtemps, il suffisait de dénicher cette appellation sur un objet pour aussitôt estimer qu’il ne pouvait s’agir que d’un produit pas cher, et de mauvaise qualité. On a même vécu sur ce cliché pour mettre en avant dans l’hexagone les produits fabriqués en France, plus chers évidemment, mais de qualité. Car les choses ont bien changé au cours de la dernière décennie, sans que nous  ayons toujours conscience de la gravité de la situation..  

          Non que les produits français soient devenus de mauvaise qualité pour s’aligner sur les prix chinois, mais au contraire que les industriels chinois soient à même aujourd’hui de de produire des produits de qualité, à des prix encore moins élevés que les produits français. Alors, abandonnons nos vieux clichés sur la camelote chinoise, et cherchons à lutter à armes égales, au lieu de nous retrouver bientôt complètement débordés sans le moindre espoir de survie, face à des produits chinois alors de meilleure qualité que les nôtres.  

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 10:58

 

          Pourquoi le présent n’inférerait-il pas sur le passé ? Et de même l’avenir sur le présent ? N’est-ce pas nous qui décidons comment se déroulait le passé, même si les gens qui le vivaient alors n’en avaient pas la même conception ? Quant à l’avenir, celui que nous imaginons, n’est-ce pas lui qui interfère directement sur ce que nous décidons dans notre présent. Et heureusement, car à bien y réfléchir, sans même aller chercher Einstein, le présent n’existe pas. 

            Il n’y a pas de pendant qui dure, il n’y a que l’avant ou de l’après. Le présent c’est l’être pensant qui l’a inventé, juste pour se sentir exister. Mais sans cette invention qu’est le présent, plus rien ne différencie le passé du futur, alors on peut construire le futur comme on reconstruit le passé, juste peut-être avec un peu moins de chance de tomber juste. Encore que la réalité, qu’est-ce donc en dehors de ce qu’on en pense ? Et comme en plus on pense avoir chacun la sienne…

            Qu’est-ce donc qu’une réalité dont pas un être pensant ne pourrait avoir conscience ? Comment pourrait-elle avoir eu un passé ou avoir un futur, cela n’aurait aucun sens. Est réel ce qui existe, mais pour exister, il faut le sentir  soi-même exister ou que ce soit ressenti par un autre que soi. L’univers avant que n’existe la vie n’avait pas de passé, de présent ou de futur. C’est la vie qui nécessite le temps qui passe et donc  se différencie en passé et futur…A méditer, évidemment.

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 07:34

 

         Il est vrai que que beaucoup d’ayant-droits à des choses dont ils auraient pourtant bien besoin, n’en profitent pas faute d’être renseignés à leur sujet. Certes les informations circulent comme jamais auparavant, mais sont loin être toutes intéressantes et noient celles qui le seraient sous des montagnes d’inutilités. Quant à ne pas disposer d’internet, et c’est encore le cas de bon nombre de nos compatriotes, on se prive même d’informations qui n’utilisent plus que cette seule voie de transmission… 
 

          Mais , dans le besoin ou non, jouissons-nous de tous les droits que nous avons dans une démocratie comme la nôtre?  Et de même, remplissons-nous tous nos devoirs ? Ne parlons pas de ceux dont nous n’avons pas connaissance évidemment, mais de ceux que nous connaissons et que nous n’exerçons pas, des droits comme des devoirs ? Être humain n’est pas une machine qu’un certain pouvoir modèlerait à sa guise, mais un être complexe qui n’est pas fait de réactions standardisées, comme l‘imagine la publicité par exemple

          Alors qu’il ne profite pas en particulier de droits qu’il sait avoir, pour des motifs qui le regardent, comme il ne respecte pas des devoirs qu’il connaît, en quoi est serait-ce curieux ? Et si la collectivité peut prétendre qu'il devrait remplir tous ses devoirs, elle ne doit pas exiger qu’il exerce tous ses droits. Où serait alors sa liberté ? 
 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 09:01

 

           80 % des Français n’auront plus à payer de taxe d’habitation d’ici trois ans sachant que ceux qui continueront à la payer représentent la moitié du montant total actuel de cet impôt. Donc pour un couple sans enfant, moins de 43 000 euros, plus de taxe, au-dessus, toujours la même. Et les critiques commencent à poindre au nom de la justice pour ceux qui sont tout juste au-dessus, quelques euros qui changent tout ! 

          Mais c’est cela l’effet de seuil, un effet qu’on retrouve partout dans la vie courante sans que l’on trouve à redire. Juste en dessous de la moyenne, vous ratez un examen, juste au-dessus, c’est réussi. Juste avant l’heure du départ d’un train, vous l’avez, juste après, vous le ratez. Si vous avez la monnaie pour vous acheter une baguette, vous l’emportez, s’il vous manque quelques centimes, alors vous vous en passez. 

            Et tout à l’avenant…Alors pourquoi justement trouver l’effet de seuil injuste quand il s’agit de la taxe d’habitation ? Certes, la payer juste pour quelques euros de trop dans la déclaration de vos revenus, c’est vexant, mais il vous reste alors à penser que c’est par solidarité pour ceux qui ne la paient pas, la solidarité c’est quand même une pensée qui vous honore, même si ça ne suffit pas à pleinement vous satisfaire …
 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 18:47

       Jadis, des clôtures, on n’en trouvait seulement ceinturant les grandes propriétés. Plus pour écarter les curieux que par sécurité, elles faisaient partie du décor et leur vue impressionnait les passants qui se prenaient à rêver de la majesté des lieux. A voir leur nombre qui se multiplie aujourd’hui, elles ont avant tout un aspect sécuritaire, chacun cherchant à s’isoler pour ne pas être l’objet de présence d’individus plus ou moins louches, voire plutôt dangereux. 
          Il  s’ensuit que certaines clôtures ont un aspect plutôt quelconque, seulement utilitaire, mais, puisque l’occasion se présente d’une installation, d’autres ont aussi pour but de rehausser le caractère architectural des maisons qu’elles protègent. Ce n’est plus seulement de l’utilitaire, mais aussi de la présentation d’ensemble. Qui s’en plaindrait ? Certainement pas les fournisseurs de ce type de matériel qui disposent d’une gamme de produits.      adaptés à chaque clientèle.     

 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 07:44

          Peu de réactions contre l’obligation faite aux enfants de recevoir 11 vaccins en l’espace de deux ans, au lieu de trois jusqu’à présent. Ce n’est pas parce que l’opinion publique se désintéresse des problèmes des bébés, mais parce que sans doute elle estime qu’il vaut mieux globalement risquer quelques petits ennuis survenant chez quelques-uns que de voir certaines maladies refaire leur apparition alors qu’elle les estimait disparues. 

    En fait, ce n’est pas la mesure en elle-même qui soulève des objections, mais son caractère obligatoire que refusent ceux qui se convainquent que les vaccins sont un danger probable que l’on se doit d’éviter. Il est probable donc qu’ils ne se soumettront pas à la réglementation, mais comme ils sont peu nombreux, pas de risque de voir le retour massif des maladies ainsi combattues. Donc, peu importe qu’il y ait des récalcitrants. 
 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 17:28

       L’alcool tue 50 000 Français chaque année…Certes, la vie est ainsi faite qu’elle finit toujours par la mort, sauf qu’on peut espérer, sinon une belle mort, au moins mourir autrement que par l’alcool, pas une belle mort en vérité. Si encore ça ne touchait que les plus âgés d’entre nous qui s’étaient laissés aller à en consommer plus que de raison, on pourrait peut-être leur trouver des circonstances atténuantes, la vie n’est que rarement un long fleuve tranquille, et l’on peut, les années passant, sombrer alors dans cette dépendance.   Mais celle-ci n’attend pas le nombre des années pour faire ses ravages. Certes, en pleine jeunesse, on se rend compte encore que l’on commet des excès, mais l’on se dit qu’on pourra toujours arrêter avant d’en ressentir les premiers dégâts sur la santé. On en voit partout les effets pourtant autour de soi, mais cela, c’est pour les autres, ça ne nous concerne pas. Inquiétante naïveté que celle-là !
 

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 11:15

APL

          Certains ont crié au scandale parce que notre président de la  République proposait aux propriétaires de prendre à leur charge les cinq euros de baisse des APL, une réflexion qui ne m’avait pas échappée au début de cette affaire. Cela paraissait même la meilleure issue pour les propriétaires qui connaissaient les locataires ayant des difficultés  à joindre les deux bouts, mais c’était évidemment supposer que propriétaires et locataires étaient du même monde, comme on dit aujourd’hui, c’est-à-dire pouvaient éprouver les uns pour les autres des sentiments humains. 

            Il est probable que certaines situations se soient réglées ainsi. Mais c’était oublier que le nombre de propriétaires de ce type est de plus en plus limité aujourd’hui, que la grosse majorité des maisons ou appartements sont la propriété de sociétés qui n’en sont plus à la relation propriétaire-locataire sur le plan humain, mais uniquement sur le plan financier, le locataire n’étant qu’un numéro classé en fonction de sa régularité dans le paiement de son loyer. La rentabilité, rien d’autre à considérer. Cela, évidemment, n’aurait pas dû échapper à notre président de la République.  

Repost 0
Francis Baussart
commenter cet article

Présentation

Recherche

Pages

Liens